Appel National

A l’occasion des deuxièmes rencontres internationales des transports publics gratuits à Châteauroux, la Coordination nationale des collectifs pour la gratuité des transports publics a lancé un appel pour interpeller et mobiliser dans la perspectives des prochaines élections municipales.

L’appel compte déjà près de 160 signataires, comprenant : organisations syndicales, personnalités, personnes représentantes d’associations/partis politiques/syndicats/etc. La liste complète se trouve en bas de cet article.

IL Y A URGENCE CLIMATIQUE !

Les effets du changement climatique se font sentir de plus en plus concrètement, bouleversant nos conditions de vie. Les scientifiques du GIEC affirment dans leur dernier rapport qu’il faut limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C. Hélas, après la COP21 les émissions de gaz à effet de serre continuent de progresser en France et dans le monde nous plaçant sur une trajectoire de 3°C à la fin du siècle alors qu’il faudrait les diviser par deux dès 2030 pour contenir le réchauffement climatique à 1,5°C. Alors, face à l’inaction du gouvernement, il faut de toute évidence amplifier les interventions citoyennes qui se développent en France et en Europe.

Les transports motorisés sont responsables de 30 % des émissions de CO2 et la voiture y entre pour moitié. L’étalement urbain, qui a repoussé les familles modestes en quête de logement accessible en périphérie des villes, et la concentration des emplois dans les agglomérations sont responsables de cet usage des voitures individuelles. Un développement important des transports en commun associé à leur gratuité est une alternative crédible, efficace, indispensable, à la hauteur des enjeux et des besoins.

IL Y A URGENCE SANITAIRE !

Les particules fines et d’autres polluants – comme le dioxyde d’azote – émis par les véhicules, la production industrielle et les systèmes de chauffage sont responsables de plus de 42 000 décès prématurés par an en France. La quasi-totalité des agglomérations  françaises dépasse largement les seuils de dangerosité fixés par l’Organisation Mondiale de la Santé. En abandonnant l’usage de la voiture au profit des transports en commun, on améliore la qualité de la vie par une baisse de la pollution de l’air, des accidents de la route et des embouteillages. Les transports en commun sont donc bénéfiques pour toutes et tous, celles et ceux qui les prennent comme celles et ceux qui ne les prennent pas. Cela aussi justifie leur développement et leur accès gratuit.

IL Y A URGENCE SOCIALE !

Le coût des transports pèse fortement sur le budget des ménages. Leur gratuité permet de changer la vie concrètement en donnant la possibilité à toutes et tous de se déplacer. Cette mesure sociale permet de redistribuer du revenu aux ménages, notamment à ceux des classes populaires, en ayant des conséquences favorables pour l’économie locale et les commerces de proximité.

LA GRATUITÉ C’EST POSSIBLE 

La gratuité des transports en commun est déjà instaurée dans une trentaine d’agglomérations en France (par exemple, Aubagne, Dunkerque) et des dizaines d’autres dans le monde. D’autres la prévoient ou lancent des études. En Estonie, après la capitale Tallinn, la gratuité s’étend à tout le territoire. Au Luxembourg, tous les transports en commun (bus, tram, train) seront gratuits en 2020. Toutes les expériences montrent que la gratuité, associée à une augmentation de l’offre, entraîne systématiquement une forte hausse de l’usage des transports en commun.

LE VERSEMENT TRANSPORT : UNE SOURCE DE FINANCEMENT ESSENTIELLE

Les trajets domicile-travail ont une part très importante dans les déplacements quotidiens. Par ailleurs, la concentration croissante des activités dans les métropoles actuelles, résultat des demandes des grands groupes industriels et financiers, est source de congestion et d’étalement urbain. C’est donc à bon droit que la taxe « Versement Transport » (versée par les entreprises de plus de 10 salariés) constitue aujourd’hui une grande part du financement des transports collectifs publics. Cette source de financement doit non seulement être préservée, mais aussi accrue pour financer la gratuité et le développement des transports publics.

LA MOBILITÉ EST UN DROIT

Pour garantir à toutes et à tous l’accès libre aux transports en commun, il faut développer des transports publics accessibles et de qualité : denses, fréquents, rapides, gratuits, définis par et pour les habitant.e.s. Contre les menaces actuelles de libéralisation, nous voulons défendre un bon statut social des salariés des transports en commun et la qualité du service rendu aux usagers. Contre la marchandisation de nos vies, par l’extension de la gratuité, à l’instar de l’éducation et de la santé, nous ferons ainsi grandir le sens de l’intérêt général et du service public.

Nous, signataires de cet appel, nous engageons à promouvoir la gratuité des  transports en commun dans toutes les villes et à peser sur les exécutifs à tous les niveaux, du local au national, afin qu’elle devienne l’un des leviers efficaces pour des avancées environnementales, sanitaires et sociales répondant aux défis du moment.

LA GRATUITÉ DES TRANSPORTS PUBLICS LOCAUX EST UNE NÉCESSITÉ

À l’initiative de : Collectif pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise, Collectif agglomération rouennaise pour les transports gratuits, Collectif nancéien pour une régie publique des transports urbains et pour leur accès gratuit, Collectif transport gratuit en Pays d’Aubagne et de l’Étoile, Association « se déplacer en liberté » (ASDEL Aubagne), Collectif porté par ATTAC Lille-Métropole, Collectif lyonnais pour la gratuité des transports en commun, Collectif gratuité des transports Toulouse, Collectif chambérien pour la gratuité des services publics locaux, Collectif messin pour la gratuité des transports en commun, Collectif des transports gratuits de Clermont-Fd Métropole, Collectif Bus gratuit pour Lorient Agglomération.

Liste des premières personnes ou organisations signataires:

  1. Alcaraz Marion ; Juriste
  2. Ariés Paul ; Directeur de l’Observatoire International de la Gratuité
  3. Arthaud Nathalie ; Porte parole de Lutte Ouvrière
  4. Aumont Alain ; Retraité CGT RENAULT Le Mans
  5. Clémentine Autain ; députée LFI
  6. Barrionuevo Michel ; Conseiller municipal de la ville de Sassenage (Isère)
  7. Baya Chatti Kaoukeb ; Conseillère déléguée à la petite enfance et aux handicaps pour la ville d’Echirolles
  8. Béghin Jean-Pierre ; Secrétaire Génération.s Savoie – adjoint au maire de Cognin
  9. Benmokhtar Sabrina ; Coordinatrice de Jeunes Générations Grand Nancy (54)
  10. Benoit Nicolas ; Secrétaire général de l’UD CGT Isère.
  11. Berland Jean Louis ; Conseiller municipal (St Michel sur Orge – 91)
  12. Bernier Laurence ; Maire de Frasne les Meulières (39) Conseillère communautaire du Grand Dole
  13. Besancenot Olivier ; NPA
  14. Billon Denis ; Ancien adjoint au maire de Tomblaine (54)
  15. Blanchet Philippe ; Universitaire, Rennes
  16. Bona Mariano ; Secrétaire d’Ensemble! 38
  17. Borrits Benoit ; Chercheur
  18. Boumedienne Alima ; Avocate – Ensemble!
  19. Boussuge Muriel ; Secrétaire de l’union locale CGT de Chambéry
  20. Brafman Jean ; La France Insoumise
  21. Bresson Jean Claude ; Ancien maire de Chavigny (54)
  22. Brunacci Jean ; Secrétaire régional Solidaires des Pays de la Loire-Nantes
  23. Bruneau Alban ; Maire PCF de Gonfreville l’Orcher (76)
  24. Bruneel Alain , Député du Nord (PCF)
  25. de Carli Serge ; Maire de Mont-Saint-Martin, conseiller départemental de Meurthe-et-Moselle
  26. Casanova Mathieu ; Coordinateur de Générations Grand Nancy (54)
  27. Casoni Alain ; Maire de Villerupt, conseiller départemental de Meurthe-et-Moselle
  28. Cazalis Nicolas ; Secrétaire général de l’Union Locale CGT de Grenoble
  29. Cineux Cyril ; Maire-adjoint aux transports de Clermont-Ferrand; vice-Président de Clermont Métropole
  30. Cause commune ; initiative citoyenne clermontoise
  31. Collet Gérard ; Porte-parole Attac Isère
  32. Combes Maxime ; Porte-parole ATTAC
  33. Compain Aymeric ; Conseiller Municipal LFI Châteauroux
  34. Corfec Sebastien ; Secrétaire régional du Syndicat SUD-Rail de Paris St-Lazare
  35. Corzani André ; Maire de Joeuf, vice-président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle
  36. Coulombel Alain ; Membre EELV
  37. Cremieux Léon ; Syndicaliste transport aérien
  38. Cuckier Alexis ; Philosophe
  39. Damon Catherine ; Conseillère intercommunautaire dans le 91
  40. David Annie ; sénatrice honoraire de l’Isère, ancienne secrétaire départementale du PCF 38
  41. Delbonnel Jean-Pierre ; porte parole d’Ensemble! Savoie
  42. Della Sudda Bruno ; Militant altermondialiste, ancien conseiller municipal de Nice (2000-2008)
  43. Demore Amandine ; Adjointe au Maire, Ville d’Echirolles (38)
  44. Denille René ; Adjoint au maire de Chavigny (54)
  45. Doerler Bérengère ; Castanet Tolosan
  46. Drevon Jean Michel ; Syndicaliste FSU
  47. Doussain Étienne ; Adhérent Fondation Copernic.
  48. Epsztajn Didier ; Animateur du blog « entre les lignes entre les mots
  49. Fajeau Guy ; Conseiller municipal d’opposition Chambéry
  50. Farbiaz Patrick ; pour une Écologie populaire et Sociale
  51. Feron Hervé ; Maire de Tomblaine (54), ancien député de Meurthe-et-Moselle
  52. Fiat Caroline ; Députée de Meurthe-et-Moselle
  53. Finas Brigitte ; porte-parole Attac Savoie
  54. Fradin Anny ; Biologiste
  55. FSU 38 ;
  56. Galepides Nicolas ; Fédération syndicale SUDPTT
  57. Garo Isabelle ; Enseignante
  58. Gault Yann ; Conseiller départemental de Bourges (18)
  59. Gay Vincent ; Bureau national ATTAC
  60. Gerbier Françoise ; Maire de Venon, Conseillère départementale Isère (PCF)
  61. Ghazi Karl ; Fondation Copernic
  62. Giono Jérémie ; Secretaire départemental PCF Isère
  63. Giovannangeli Magali ; Présidente de l’agglo d’Aubagne de 2011 à 2014 et élue d’opposition aujourd’hui
  64. Goldberg Pierre ; Ancien député–maire de Montluçon
  65. Granata Eric ; Secrétaire général UD CGT – Savoie
  66. Grigoriadou Lena ; Enseignante
  67. Grond Pierre-François ; Membre d’Ensemble !
  68. Gros Olivier ; Conseiller municipal d’Avignon
  69. Gruet Stephanie ; Conseillère municipale de Malzéville (54)
  70. Guerci Michèle ; Journaliste
  71. Habel Janette ; Fondation Copernic
  72. Hatzig Patrick ; Ancien vice-président aux transports de la Région Lorraine
  73. Henneguelle Anaïs ; maîtresse de conférences en économie à l’université de Rennes 2 – membre du CA des Économistes Atterrés
  74. Hirtz Jean Marie ; Adjoint au maire de Malzéville (54)
  75. Houdouin Gilles ; Conseiller régional de Normandie,Le Havre, Ensemble !
  76. Jorand Lionel ; Secretaire général Union Solidaires Transports
  77. Khalfa Pierre ; Fondation Copernic
  78. Kontos Marianna ; Doctorante
  79. Labaye Manon ; Conseillère municipale NPA à Poitiers
  80. Lacreuse Marc ; Education populaire & Transformation sociale
  81. Larue Sylvie ; Communiste Unitaire
  82. Laverne Yves ; OMOS , Militant associatif Saint-Denis
  83. Le Brun Pascal ; LFI 69
  84. Le Moal Patrick ; Fondation Copernic
  85. Le Monnier Noël ; Attac-54, collectifs pour la défense et l’extension de services publics locaux, Nancy (54)
  86. Lecoq Jean Paul ; Député Seine maritime PCF
  87. Levi-Cyferman Annie ; Adjointe au maire de Vandoeuvre-lès-Nancy (54)
  88. Levy Laurent ; Retraité
  89. Liot Dominique ; un des responsables de la bataille gagnée sur le département 31, puis l’agglomération toulousaine puis la région Midi Pyrénées pour la gratuité des transports en commun pour les chômeurs et précaires dans les années 90
  90. Lopparelli Joël ; Président d’Attac-54
  91. Lowy Elise ; Écologie Populaire et Sociale
  92. Lowy Michael ; Directeur de recherches émérite au CNRS
  93. Lupo Rosemary ; Conseillère départementale de Meurthe-et-Moselle
  94. Malifaud Jean ; Syndicaliste SNESup-FSU
  95. Malvaud Dominique ; SUD rail St Lazare – Stop nucléaire Drôme Ardèche
  96. Mamet Jean Claude ; co-animateur du blog : www.syndicollectif.fr
  97. Mangenot Marc ; Economiste et responsable associatif
  98. Marche Emilie ; Conseillère régionale La France Insoumise
  99. Marchives François ; Secrétaire départemental de Solidaires Isère
  100. Marcot Fabien ; Graphiste
  101. Margueron Billy ; Secrétaire fédéral du PCF Savoie
  102. Marseille Joel ; Adjoint au maire de TENCIN 38 (PCF)
  103. Marty Christiane ; Ingénieure chercheuse, Attac et Fondation Copernic
  104. Mayet Alexis ; conseiller municipal de Saint-Germain des Fossés (Allier)
  105. Minella Jean Pierre ; Maire d’Homécourt, vice-président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle
  106. Montel Danielle ;
  107. Moreau Héloïse ; Présidente de l’Union Nationale des Lycéens (UNL)
  108. Olivier Jean-Luc ; Professeur à l’Université de Lorraine, praticien hospitalier, directeur de laboratoire
  109. Ollier René ; Secretaire général Fédération syndicale SUDPTT
  110. Paillard Serge ; Secrétaire départemental FSU Isère
  111. Palmer Antoinette ; Conseillère municipale de Le Cheylas, Isère (PCF
  112. Pellerin Stéphane ; Conseil délégué à l’économie sociale et solidaire st Marcellin 38160
  113. Pelletier Willy ; Fondation Copernic
  114. Pelinski Pascal ; Adjoint au maire de Malzéville (54)
  115. Pelissier Jean François ; Co porte parole d’Ensemble !
  116. Pereira Afonso Joao ; Secrétaire Général UD CGT 69
  117. Perrin-Gilbert Nathalie ; Maire de Lyon1. Mouvement citoyen lyonnais
  118. Piard Jean Jacques ; Trésorier association Blé noir
  119. Plumecocq Gaël ; Chargé de recherches en économie à l’INRA de Toulouse, membre du CA de l’AFEP, membre de l’Atelier d’Écologie Politique Toulousain
  120. Poncelet Philippe ; Adjoint au maire de Vandoeuvre-lès-Nancy (54)
  121. Poncet Raymonde ; EELV Lyon
  122. Postel Nicolas ; Professeur d’Economie, Université Lille, laboratoire CLERSE. Membre des économistes atterrés et Vice-Président de l’AFEP.
  123. Poupin Christine ; Porte parole du NPA
  124. Pradeau Raphaël ; Porte-parole ATTAC
  125. Prevost Hugo ; Président de l’Union des Etudiants de Grenoble
  126. Prime Blandine ; Membre d’Ensemble!
  127. Prud’homme Loïc ; Député de la Gironde LFI
  128. Puissant Emmanuelle ; Maîtresse de conférences en économie à l’Université Grenoble-Alpes, laboratoire CREG. Membre des économistes atterrés et du CA de l’AFEP.
  129. Quatennens Adrien ; Député 1 ère circ Lille LFI
  130. Rafatdjou Makan ; Architecte Urbaniste
  131. Reboul Lola ; Responsable fédérale de l’UNL Paris
  132. Ribeiro Manuela ; Conseillère départementale de Meurthe-et-Moselle
  133. Ripart Laurent ; NPA Savoie
  134. Rochas Sylvette ; Conseillère Départementale Isère (PCF)
  135. Roussel Fabien ; Député du Nord PCF
  136. Sagot-Duvauroux Jean-Louis ; Philosophe
  137. Samary Catherine ; Economiste
  138. Silvestri Annie ; Maire de Thil, vice-présidente du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle
  139. Slaouti Omar ; Enseignant
  140. Splet Antoine ; Conseiller communautaire à l’Eurométropole de Strasbourg, conseiller municipal à Schiltigheim ( 67) – (PCF)
  141. Sud Rail Alpes ;
  142. Sultan Philippe ; Fondation Copernic
  143. Szempruch Michel ; Cinéaste
  144. Tavan Cécile ; Syndicaliste FSU
  145. Terrier Lola ; Responsable fédérale de l’UNL Isère
  146. Thézé Jéhann Marylène ; syndicaliste CGT et membre d’Ensemble 44
  147. Thomas Denis ; Secrétaire national FSU
  148. Thomassin Daniel ; Adjoint au maire de Malzéville (54)
  149. Tovar Jose ; Syndicaliste enseignant
  150. Trouvé Aurélie ; Porte-parole ATTAC
  151. Trovéro Jean-Paul ; Maire PCF de Fontaine – Isère
  152. Tuscher Guy ; Conseiller municipal “Ensemble à Gauche” Grenoble
  153. Union Départementale CGT Isère ;
  154. Union Départementale CGT Savoie ;
  155. Union syndicale Solidaires Isère ;
  156. Union syndicale Solidaires Meurthe-et-Moselle ;
  157. Union syndicale Solidaires Seine-Maritime;
  158. Uzan Rémi ; Journaliste territorial
  159. Veyret Michelle ; 1ière adjointe PCF Saint Martin d’Hères – Isère
  160. Vidal Maryse ; Enseignante-retraitée 34700 Saint Jean de la Blaquière
  161. Voir Patrice ; Conseiller municipal Grenoble Conseiller régional Auvergne Rhône-Alpes
  162. Wey François ; Secrétaire départemental FSU-54
  163. Wulfranc Hubert ; Député PCF Seine Maritime
  164. Zafari Sophie ; Syndicaliste FSU

2èmes Rencontres internationales du Transport public gratuit à Châteauroux

Les 10 et 11 septembre 2019 se sont déroulées les 2èmes Rencontres internationales du Transport public gratuit à Châteauroux

 

Programme des 2es Rencontres internationales du Transport public gratuit

Le collectif pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise était invité mercredi 11 septembre à participer à une table ronde : «Ils ont provoqué le débat… Retours d’expérience… Quelles étapes, quelles conditions et quels points de vigilance pour passer à la gratuité»

Participants:

  • Gil AVÉROUS, Maire de Châteauroux, Président de Châteauroux Métropole,
  • Philippe MIGNONET, Maire-adjoint de Calais, Vice-Président de Grand Calais Terres et Mers, en charge des Transports (en remplacement de Natacha Bouchart, Maire de Calais et Présidente du Grand Calais),
  • Maxime HURÉ, Président de VIGS (Villes innovantes et Gestion des savoirs), Président de l’Observatoire des villes du transport gratuit,
  • Michel SZEMPRUCH, représentant du Collectif pour la gratuité des transports publics de l’Agglomération grenobloise et de la Coordination Nationale des Collectifs pour la gratuité des transports publics.


Compte-rendu d’interventions

La gratuité à St-Julie de Verchères (Québec)

La mairesse de cette commune, située dans la grande banlieue de Montréal, Suzanne Roy, nous a présenté le processus qui a mené à la gratuité des transports publics dans cette petite agglomération de 30 000 habitants. Dans un premier temps il fut développé pour le transport des 7-12 ans des taxis collectifs payant pouvant être aussi utilisés à l’extérieur de la commune. Puis on passa à la gratuité des transports publics pour les jeunes. La fréquentation s’est alors multipliée par trois ou quatre. Enfin, en 2014, la gratuité a été généralisée. Parallèlement le réseau s’est perfectionné ; il s’est étendu aux zones rurales, si bien que l’achalandage a augmenté de 70% ; la fréquence des lignes existantes a augmenté de 40% en quatre ans. Et actuellement, le nombre de personnes passant le permis de conduire est en diminution. Enfin, il s’est créé un « terminus » où beaucoup de services se sont depuis installés, ce qui rend les bus encore plus attractif. Financée par la taxe foncière, la gratuité n’a pas provoqué d’augmentation d’impôt mais seulement un redéploiement des recettes. Ceci dit, Suzanne Roy voudrait que la taxe carbone serve à financer la gratuité des transports publics.

L’impacte de la gratuité à Châteauroux

Trois personnes sont intervenues au sujet de Châteauroux, le maire, Gil Avérous et deux chefs d’entreprise : le Président de la Chambre de commerce et d’industrie de l’Indre, Jérôme Cernais et la directrice de l’entreprise d’insertion Agir, Alice Gomez.

Sont concernées par cette gratuité 14 communes (78 000 habitants). Alors qu’avant 2001, date de la généralisation de la gratuité, 47% des usagers voyageaient déjà gratuitement, leur nombre a depuis cette date été multiplié par 3,3 et l’offre a augmenté de 75%. La dernière amélioration est l’acquisition en 2019 de bus articulés. Si globalement, nous dit Gil Avérous, le nombre de passagers augmente, la courbe fluctue, notamment en fonction du prix de l’essence. 63% des usagers sont des femmes et 38% sont des actifs. Ce qui n’empêche pas les personnes âgées de profiter de la gratuité pour « faire un tour ». 31% des usagers utilisent ces transports collectifs pour se rendre au boulot et 29% pour aller faire des courses. 73% des usagers n’ont pas le permis de conduire. Les chauffeurs de bus sont satisfaits de la gratuité ; ils n’ont pas à faire grève contre des agressions

Pour Alice Gomez, la gratuité a été un élément clé pour la création d’Agir, entreprise de textile qui voit chaque année 200 salariés la fréquenter dont 150 simultanément. Seuls 28% de ces salariés, qui sont surtout féminins, possèdent à la fois le permis de conduire et une voiture. Autant dire que pour ce personnel, la gratuité des transports publics est la bienvenue. Elle sert, selon Alice Gomez, de déclic à l’insertion, surtout qu’avec l’instauration de la gratuité le réseau s’est simultanément amélioré en dessertes et en horaires. Enfin en étant généralisée à tous, la gratuité évite la stigmatisation des personnes sans ou aux faibles revenus.

Selon Jérôme Cernais, pour les 600 jeunes du campus qui vivent dans des logements dispatché sur l’ensemble de la ville, la gratuité des transports est très bénéfique et les bus sont bien utilisés par ceux-ci. De plus, grâce à l’adaptation récente des horaires, ce service gratuit est également très utile pour ces jeunes lorsqu’ils sont stagiaires en entreprise. Favorable à cette gratuité, défavorable à la tarification solidaire, Jérôme Cernais estime que les entreprises ont joué le jeu de cette gratuité. Si les travailleurs de journée profitent bien des transports publics, ce n’est pas le cas des salariés qui travaillent en équipes.

Dunkerque : quel bilan ?

Le maire de Dunkerque et Président de la Communauté urbaine de Dunkerque (22 communes, 200 000 habitants), Patrice Vergriette, nous a fait un bilan de la généralisation de la gratuité instaurée il y a tout juste un an. Avant septembre 2018, la gratuité ne concernait que les personnes âgées et les déplacements du week-end. Globalement, la fréquentation des transports en commun a augmenté de 65%. Mais c’est le samedi qu’elle a le plus augmenté, où elle est devenue aussi forte qu’un jour de semaine. Parmi les nouveaux usagers, 84% invoquent la gratuité comme raison de changement de moyen de locomotion, et 38% l’amélioration du réseau. 48% d’entre eux utilisaient auparavant leur automobile (un tiers des places de parking sont maintenant vides), 21% marchaient et 33%, n’effectuaient pas de tels déplacements. Si 11% d’entre eux utilisaient auparavant le vélo, cela n’empêche pas l’usage de ce moyen de locomotion de progresser.

L’augmentation de l’usage des bus contribue à créer un lien social : « on parle du “copain du bus” ».

Le fait que la gratuité ait été localement un sujet d’actualité a contribué à ce succès : dans les cafés, on en a parlé pendant un an.

Le succès est tel que le Président de la Chambre de commerce est favorable à une augmentation du VT (Versement Transport, payé par les entreprises de plus de 10 salariés).

L’expérience de Niort

Le vice-président-transports de la Communauté de l’agglomération du Niortais (100 000 habitants, 40 communes, 825 km2), Alain Lecointe nous a informé qu’au moment de la mise en place de la gratuité (2017), la billettique ne représentait que 12% des recettes. La gratuité s’est réalisée sans augmentation du VT. Elle a permis d’augmenter la vitesse des bus du fait que l’on ne perd plus de temps en montant dans le bus pour payer. Par ailleurs, la gratuité s’est étendue aux TER[1] pour les scolaires ; la Communauté d’agglomération prenant en charge le paiement des billets. Dans le même temps, les autorités communautaires ont promu le vélo électrique en rendant sa location gratuite pendant trois mois. 60% des personnes qui se sont essayé à ce moyen de locomotion en sont devenus des usagers. Enfin, Alain Lecointe a insisté pour que l’on prenne aussi en considération les parkings-relais et le covoiturage.

La gratuité pour les scolaires dans la Région Centre-Val-de-Loire

Le vice-président des transports de cette Région (2,6 millions d’habitants), Philippe Fournier nous a expliqué la mise en place, en 2017, de la gratuité des transports publics pour les scolaires et les apprentis dans les zones rurales de sa Région ; les zones urbaines n’étant pas de la compétence des Régions. Cette gratuité a permis d’économiser 1 500 voyages en automobile par jour ; le nombre de voyageurs en bus ayant augmenté quotidiennement de 2 000. En plus de faire économiser 1 000 € par an à chaque couple de parents, cette politique a une dimension écologique.

Au sein du Conseil régional, la gratuité a été votée à l’unanimité.

Prochaine étape : Calais

Le vice-président transports de l’agglomération « Grand Calais, terres et mers » (105 000 habitants), Philippe Mignonnet nous a exposé le projet de gratuité des transports publics dans son agglomération à partir du 1er janvier 2020. C’est la crise des « gilets jaunes » qui a décidé les responsables de cette agglo de prendre cette décision. Jusqu’à présent, ils s’étaient contentés de pratiquer la tarification solidaire. Mais force a été de constater que celle-ci était mal utilisée pour cause de stigmatisation. Avec l’augmentation de l’usage du service du Velib, en partie gratuit, et de l’approche de la gratuité des transports publics, on assiste à une érosion des cours de conduite.

Alors qu’il est prévu l’achat de nouveaux bus, il n’est pas question d’augmenter le VT.

Autre projet : Brème (Allemagne)

La représentante de l’association « Einfach einsteigen », Josephine Wolrab nous a expliqué qu’en Allemagne, seulement de petites villes envisagent d’instaurer la gratuité des transports publics. À Brème, si on utilise beaucoup le vélo pour se déplacer, les transports publics sont peu attractifs. Alors qu’il n’y a pas en Allemagne de VT, son association prône une taxe sur les foyers et sur les entreprises pour financer cette gratuité. 65% de la population de la ville-État de Brème seraient favorables à un tel projet. Le Parlement en discute.

Compléments

Selon Maxime Huré, président de « l’Observatoire des villes des transports gratuits », la gratuité a tendance à se généraliser. Amiens vient de la pratiquer pendant un mois et l’a rendue effective chaque samedi. Bruxelles l’a instaurée pour les moins de 25 ans. Le Luxembourg l’instaure pour tous les transports publics à partir du 1/1/2020.

Alors que le président de la FNAUT[2], Bruno Cazeau se déclarait opposé à la gratuité des transports public notamment du fait qu’elle empêchait financièrement l’amélioration du réseau, Malika Mazouz, chef de projet de déplacement, a fait remarquer que toutes les mises en application de la gratuité se sont accompagnées d’une amélioration du réseau.

Élodie Barbier-Trauchessec, animatrice à l’ADEME[3] a soulevé la question du rabattement du déplacement en voiture sur les transports en commun et donc celui des parkings-relais.

Enfin Michel Szempruch du CGTPAG[4] a fait remarquer que l’on rencontrait des problèmes pour financer la gratuité alors que le versement des dividendes atteint des sommets.

[1] Train Express Régionaux

[2] Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports

[3] Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie.

[4] Collectif pour la Gratuité des Transports Publics de l’Agglomération Grenobloise

Châteauroux : 3ème rencontre des collectifs de la coordination nationale

Les 2èmes Rencontres internationales du transport gratuit à Châteauroux ont donné l’occasion à la Coordination nationale pour la gratuité des transports publics de se retrouver pour la troisième fois. 

Étaient présents les collectifs de Lyon, Lille, Grenoble, Chambéry, Châteauroux, Metz, Le Mans et Rouen. Deux collectifs étaient invités : Le Pays Thur – Doller (Thur Ecologie & Transports) et une association de Brême (Allemagne).

À l’ordre du jour, une conférence de presse pour le lancement officiel de l’Appel national pour la gratuité des transports publics locaux.

La conférence de presse de la coordination nationale des collectifs dans les médias :

https://www.humanite.fr/transport-la-gratuite-gagne-du-terrain-676891

https://www.humanite.fr/transports-chateauroux-la-gratuite-marque-des-points-676941

https://www.francebleu.fr/infos/transports/chateauroux-un-collectif-national-lance-un-appel-pour-la-gratuite-des-transports-publics-en-france-1568138137

https://www.lanouvellerepublique.fr/chateauroux/a-chateauroux-la-coordination-nationale-des-collectifs-pour-la-gratuite-des-transports-lance-un-appel-national

Autre point à l’ordre du jour la structuration de la coordination nationale :

En 2016 à Grenoble, à la première coordination nationale nous avions décidé des échanges réguliers, l’édition d’une affiche des villes en gratuité, et l’ouverture d’un site internet (reseau-gratuite-transports.org)

En janvier 2019 nous nous étions également retrouvés lors de la réunion Gratuité organisée par Paul Ariès à Lyon. Nous avions alors décidé de tenir cette coordination nationale à Châteauroux et de lancer l’appel national.

Nous avons (surtout le collectif Grenoble) été sollicités pour intervenir dans d’autres villes (Lyon, Toulouse, Chambéry ..) et des collectifs sont en constitution à Lorient, Strasbourg …

La discussion a tourné sur les moyens d’aider à ce qu’existent de nouveaux collectifs,  comment on essaime, on met mieux en commun le matériel élaboré localement.

  • Une formation sur 5 heures en modules, utilisable par exemple dans les formations syndicales a été développé en Isère. Formation ouverte à tout le monde, avec des outils pédagogiques (quizz, questionnaire).
  • faire circuler informations, articles, émissions enregistrées radio par exemple,
  • regrouper la documentation : études, bibliothèques,
  • question du site national, il est important de mettre en place des correspondants dans chaque ville pour animer le site
  • mise en place d’une équipe d’animation pour améliorer la circulation de l’information
  • création de lien avec des groupes dans les villes où existe la gratuité,
  • volonté avoir des liens avec d’autres combats

On sait bien que si elle est très importante, la gratuité ne résout pas tous les problèmes de transports et des débats restent ouverts sur certaines questions, et on cherche à se fixer des objectifs atteignables par nos collectifs.

  • Il y a bien sûr la question du lien entre gratuité et l’efficacité/qualité des transports
  • Celle de la régie publique ou pas, si nous sommes tous attachés à agir pour la transparence, d’où vient l’argent, où il va ?

Il apparaît utile au vu des échanges de mettre en place un chantier collectif sur quelle perspective soutenable de gratuité sur l’ensemble territoire, par exemple avec une journée de travail dans l’année qui vient sur les réponses possibles sur « transport et gratuité en dehors métropoles ». Car les collectifs actuels existent principalement dans les grandes villes, ce qui nécessite un minimum de réflexion sur la métropolisation, en même temps que les transports dans les zones rurales, petites villes qui vivent une désertification des services publics .

Le Collectif chambérien travaille aussi sur d’autres gratuités (eau, etc …)

Suite de l’appel national

  • Il se passe quelque chose sur la question de la gratuité des transports en commun, des débats existent à de multiples niveaux, dans mobilisations climat, dans les organisations et débats politiques, cf audition collectif grenoblois par enquête sénatoriale, mais toujours besoin d’agir sur le sujet pour argumenter, convaincre …
  • Faire passer un message « urgence sociale et écologique », « c’est possible ».
  • Pour l’appel, les responsables nationaux ont été contactés, parfois sans réaction, utile contact élus locaux, discussions locales.
  • Il est essentiel d’articuler actions locales, diffusions de masse vers la population, pourquoi pas radicales, avec l’appel national qui lui ne s’adresse pas au même public, qui donne de l’argumentation pour tous les débats sur le thème « la gratuité c’est possible ».
  • A Roubaix, par exemple est lancée une pétition adressée au maire pour un Référendum sur gratuité
  • A Grenoble l’exemple de diffusions du quizz, avec des réponses lors débat public en ville
  • Il est important de travailler à rendre populaire et arriver à mobiliser plus largement …

Conférence de presse

Nous vous invitons à notre conférence de presse qui aura lieu le:

mardi 10 septembre à 13H Salle La Chapelle des Rédemptoristes, rue Paul-Louis Courier, à Châteauroux.

Dans le cadre des 2e Rencontres internationales du transport gratuit.

En présence de représentants de collectifs de diverses villes de France, nous vous présenterons un Appel National en faveur de cette gratuité qui sera lancé à l’occasion des Rencontres de Châteauroux.

Cet appel est déjà signé de plus de cent personnalités connues au plan national et local, que nous vous dévoilerons.

Nous souhaitons donner un écho maximum à cette proposition particulièrement d’actualité au vu du contexte social et écologique, avant les élections municipales.


Notre Coordination Nationale participe aux Rencontres de Châteauroux, aux ateliers du mercredi 11 septembre, pour partager son expérience nationale et son engagement.

2e Rencontres internationales du transport gratuit

https://www.chateauroux-metropole.fr/les-grands-evenements/2e-rencontres-internationales-du-transport-gratuit-1377.html

Les 2ièmes rencontres auront lieu le mardi 10 et le mercredi 11 septembre 2019.

Au programme:

Mercredi 11 septembre

9h30 : ouverture par Gil Avérous, Maire de Châteauroux et Président de l’Agglomération Châteauroux Métropole


9h50-11h15 : 1e table ronde “Gratuité des transports; un enjeu de politique sociétale”


11h30-11h45 : prise de parole de Patrice Vergriete, Maire de Dunkerque et Président de la Communauté urbaine de Dunkerque Grand Littoral (Nord), initiateur des Rencontres Internationales du Transport Public gratuit.


11h50 à 13h15 : 2e table ronde “Ils ont provoqué le débat… Retours d’expériences… Quelles étapes, quelles conditions et quels points de vigilance pour passer à la gratuité ?”

Avec Michel SZEMPRUCH, Représentant du collectif pour la gratuité des transports publics de l’Agglomération grenobloise et de la Coordination nationale des collectifs pour la gratuité des transports publics.


14h30-15h30 : 3e table ronde “Gratuité des transports et soutenabilité budgétaire”


15h45-16h40 : Le grand débat “La gratuité à l’épreuve de la transition énergétique”

1ères rencontres des villes du transport gratuit : Dunkerque 3-4 Septembre 2018

http://www.rencontrestransportgratuit.com/

Au 1er septembre 2018, Dunkerque deviendra la plus grande agglomération de France et d’Europe à instaurer la gratuité pour tous sur l’ensemble de son réseau de bus.

Dans le même temps, ailleurs en France et en Europe, de plus en plus de villes font ce choix pour leurs transports publics.

L’année dernière, l’agglomération de Niort disait adieu à ses tickets de bus. En Estonie, où les résidents de Tallinn profitent déjà la gratuité depuis plusieurs années, le succès est tel que le gouvernement a décidé d’élargir le dispositif à l’ensemble des bus départementaux du pays. En Allemagne, des expérimentations sont à l’œuvre dans plusieurs villes. Et ce n’est pas fini ! Tout récemment, Paris et Clermont-Auvergne Métropole ont engagé à leur tour des études sur la question.

C’est dans ce contexte enthousiasmant que se tiendront les premières Rencontres des villes du transport gratuit à Dunkerque.